· Château des Cèdres

4, rue de l’Église

Ce domaine a été construit vers 1640 par Denis Neret, Procureur de la Chambre des comptes de Paris. Dans le parc, de magnifiques cèdres ont donné son nom à la propriété dès 1683. Resté dans la famille par héritage, il est vendu en 1736 à Anne-Marie de Nesmond, maîtresse du Duc de Montmorency. Après avoir connu de nombreux acquéreurs durant près de deux siècles, il est restauré par Jules Formigé, architecte en chef des Monuments historiques et est inscrit en 1976 au titre des Monuments historiques. Il est acheté en 1993 par la Ville de Montfermeil. Il sert actuellement de cadre au Son & Lumière de Montfermeil et héberge l'école municipale de musique.

· Domaine Formigé

1, boulevard Hardy

Située à l’orée de la forêt de Bondy, la propriété est achetée par Gilles Michel Louis Moutier, grand armurier du Roi qui y fait construire le « château des Bosquets » en 1855. Sa petite-fille, Yvonne Célérier, épouse de Jules Formigé, architecte des Monuments historiques, reçoit en legs la propriété en 1926. En 1963, leur fils, l’architecte Robert Formigé, fera détruire le château devenu vétuste pour construire la demeure actuelle qui héberge, depuis 2007, le Service culturel de la Ville.

· Hôtel de Ville

7, place Jean Mermoz

En 1982 est inauguré le nouvel hôtel de Ville, place Jean Mermoz. Ce domaine, créé en 1680 par Jean Bouchu, fut la demeure de grands bourgeois et prend le nom de « Folie joyeuse » en 1755 puis de Domaine de la Haute-Futaie. Un riche négociant parisien y fait construire en 1853, la bâtisse actuelle. Elle devient tour à tour une colonie enfantine scolaire, un siège du Secours national, un Comité de soutien aux prisonniers de guerre et pensionnat privé avant d’être rachetée par la ville en 1979.

· Lavoir de la Fontaine Lassaut

A l'angle du Chemin de la Fontaine Lassaut et de la rue du Docteur Laennec

Après la Révolution, la marquise de Montfermeil confisque le lavoir à la commune. En 1843, le maire, M. Pasquet, obtient la promesse de vente de la fontaine la Saulx. En 1853, des travaux sont engagés afin d’augmenter le volume de l’eau débité par la fontaine. Laissé à l’abandon, le site est remis en état par la Ville en 1985 et est baptisé « lavoir de la fontaine Lassaut ».

· Moulin du Sempin

136, rue des Moulins

moulin-de-montfermeil@hotmail.fr

Vers 1735, Jean-Hyacinthe Hocquart acquiert un terrain au lieu-dit « la justice » en bordure du vieux chemin de Saint-Denis à Meaux pour y faire édifier un nouveau moulin, dit « moulin à tour » et la maison du meunier. Au XIXe siècle, le père du célèbre chansonnier Jean-Baptiste Clément, auteur du Temps des cerises, y fut meunier. Abandonné, le Moulin est acheté par un commerçant dans les années 1900. Il devient alors « le moulin de la galette ». La maison du meunier est détruite en 1941. En 1971, la commune achète le bâtiment. Il sera finalement démoli en 1986, pour être reconstruit, avec les pierres d’origine, 140 mètres plus loin. En 1988, il est inauguré et devient le « Moulin du Sempin ».

Ouverture au public du 1er avril au 11 novembre, les dimanches et jours fériés, de 15h à 18h. Les classes et les groupes sont reçus toute l’année sur rendez-vous à prendre une semaine à l’avance.

01 43 32 44 21 et 09 54 10 32 16

www.moulindemontfermeil.com

· Église Saint-Pierre - Saint-Paul

Place de l’Église

L’église Saint-Pierre-Saint-Paul est édifiée aux XIIIe-XVIe siècles ; en très mauvais état avant la Révolution française, elle est reconstruite en 1820. Il ne reste de l’ancien édifice que le chœur, le clocher, et deux travées du bas-côté sud. Au XIXe siècle, le plancher de l’église est rehaussé d’un mètre cinquante, ce qui explique que les chapiteaux des colonnes semblent aujourd’hui très bas, et l’ancienne voûte ogivale est recouverte d’une voûte en plâtre au niveau du chœur.

Depuis 1853, l’église possède un calvaire du sculpteur François Rude, classé Monument historique en 1929 par Jules Formigé. En 1974, à l’occasion de travaux d’agrandissement de la place de l’Église, des fouilles menées par la Société historique et archéologique de Montfermeil mirent à jour des sarcophages datant de l’époque mérovingienne.

· Monument aux morts

Dessiné par Jules Formigé, il fut inauguré en 1924. Le coq gaulois qui orne le monument, symbole de la France, fut détruit par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale puis remplacé après la Libération.

· Place de la Halle

La place de la Halle était le lieu de rencontres populaires et d’activités vigneronnes au Moyen Âge. Elle doit son nom aux anciennes halles en bois construites pendant le règne d’Henri IV. Victor Hugo y aurait séjourné en 1845. Ornée de tilleuls, elle est réaménagée vers 1860 après le transfert du cimetière, alors attenant à l’église.

· Maison de L’horloge - Musée du Travail Charles Peyre

1, rue de l’Église

Dernier bâtiment subsistant de la ferme de l’ensemble seigneurial du Petit Château construit vers 1635, il devient en 1983 le Musée du travail et siège de la Société historique du Vieux Montfermeil et sa région. Inscrit au titre des Monuments historiques en 1984, il regroupe une collection d’objets et d’outils que les cultivateurs, ouvriers et artisans utilisaient jadis dans la région. En fait d’horloge, il n’y avait qu’un cadran solaire et ce n’est qu’en 1990, après la restauration, qu’une véritable horloge fut installée.

Ouvert toute l’année (sauf août) les mercredis, vendredis et samedis de 14h30 à 17h30 et sur rendez-vous pour les groupes (tous les jours sauf le dimanche). Entrée libre et visite commentée.

01 45 09 28 56

contact@musee-montfermeil.com

www.musee-montfermeil.com

· Petit Château

Rue de la Fontaine Jean Valjean

Le domaine du Petit Château, ou maison de Bourlon du nom de ses premiers propriétaires, s’est constitué à partir de 1622 à la suite d’achats et d’échanges successifs. Le bâtiment fut construit vers 1625 et abrita le beau-père du riche bourgeois François Poisson, père en secondes noces de la marquise de Pompadour. Il devient, en 1869, le terminus du monorail Larmanjat - 1er monorail au monde - puis de 1930 à 1952, une école de garçons. Depuis 1967, c’est un établissement public autonome sous la tutelle de l’Aide sociale à l’enfance.

· Fontaine Jean Valjean

Rue de la Fontaine Jean Valjean

Anciennement appelée Fontaine Buisson, elle prit le nom de fontaine de l’Abîme puis de Fontaine Jean Valjean après le succès du roman Les Misérables de Victor Hugo. Elle fut laissée à l’abandon à la suite de la construction de la résidence des Perriers vers 1968. Ce site fut entièrement réhabilité en 1985. En 2006, elle est réaménagée dans le cadre de la réalisation du parc Arboretum.

Sur les pas de Victor Hugo. C’est en 1862 que le célèbre roman de Victor Hugo, Les Misérables, paraît et connaît immédiatement un succès phénoménal. La scène de la rencontre de Cosette et Jean Valjean à Montfermeil devient illustre et le nom de notre commune résonne depuis dans le monde, au fil des traductions du roman. Depuis 2012, la Ville est intégrée dans un circuit touristique « Sur les pas et dans les pages de Victor Hugo ».